Journée de la Femme : Ce poème...

Publié le par Bubune

Prostituées


Comme on fume sa première cigarette
Elles, posent sur le trottoir
Trop tard, dans la nasse du proxénète
Les voici embourbées du matin a
u soir

Corps offerts sur l'autel des désirs
Pour ces hommes friands de chair
Noble art c'est peu de le dire
L'exercer est un savoir
-faire

Toutes méritent une vie décente
Un salaire qui ne soit pas de misère
Pour ce job en forme de salle d'attente
Qui est une lente descente aux
enfers

Eprouvent-elles du plaisir à dévoiler
Leurs atouts à d'aisés inconnus ?
Jouissent-elles à force d'être lassées
De sexe, de gémissements non super
flus ?

Elus cravatés, pondez-nous une loi
En faveur des belles de ce noble métier
Menottez ces gras cochons bourgeois
Ces proxénètes, qu'ils finissent empail
lés...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article