Socquette ! Une nouvelle pour elle !

Publié le par Bubune

Prendre la mouche !


Dorénavant je descendais l'échelle quatre à quatre, j'étais devenue acrobate !
A force d'exercices, de sport, de parties de chasse, j'entretenais ma forme et mon corps et beaucoup de mes collègues m'enviaient, d'après les commères du village !
J'étais pourtant loin d'être une gamine malgré que je n'avais pas tout à fait mes huit printemps....
C'est vrai, j'avais eu une opération m'empêchant d'avoir des enfants, ça aide pour avoir une ligne irréprochable !
Mais ça m'avait mise dans une tristesse infinie de savoir que je n'élèverais pas de petits, et j'avais été frustrée de longs mois à l'idée que je ne nourrirais jamais mes chéris, que je ne les verrais jamais courir et chahuter ensemble, et avec moi d'ailleurs !
Je m'étais donc fait une raison et vivais ma vie paisiblement en profitant de beaucoup des libertés, ah qu'elle est belle cette vie où jamais le temps ne presse.
Je l'avoue, c'était une vie de... pacha !
Je surveillais ma nourriture pour avoir un tel corps, je ne mangeais que des croquettes équilibrées à volonté, et me croquais mon petit animal préféré de temps en temps ! Je souris d'ailleurs toujours à cette plaisanterie !
On me dit que je tiens de ma maman, j'ai le pelage court et d'une douceur incroyable, des yeux verts et révolvers, je suis tigrée, j'ai du blanc au cou et à mes pattes arrière d'où mon nom " Socquette " !
J'ai des origines Perse de par mon père et Asiatique de par ma mère, ce n'est pas banal tout ça !
Depuis peu j'apprenais le langage humain !
Mon " maître ", un certain Bubune des Ardennes du sud, agriculteur à ses heures et poète pour les miettes, venait d'implanter un panneau
" Attention, chat gentil ".
J'étudiais le langage humain en cachette et minette de rien, ce qui était inscrit sur le panneau contenait une dose d'humour, c'était l'opposé de
" Attention, chien méchant " !
Ah les chiens, c'est sympa mais j'entends beaucoup d'humains se plaindre des toutous, c'est qu'ils sont beaucoup plus contraignants et moins indépendants !
Regardez, moi je peux rester une semaine pratiquement toute seule, mon maître quand il part en vacances, il laisse les volets presque baissés et la fenêtre un peu ouverte, de l'eau, mes croquettes, les deux litières et hop je me retrouve peinarde pendant une semaine. A moi aussi les vacances à vadrouiller comme je veux et à faire quelques interdits !
A propos de vacances, j'avais remarqué deux billets étranges,
sûrement de train ou d'avion...

Je n'aime pas que les souris, je m'amuse avec les araignées, rarement les oiseaux, une ou deux fois une chauve-souris que j'ai attrappée en
vol ! Mon chauve en a d'ailleurs sourit !
Mais depuis quelque temps j'ai la passion pour un petit animal un peu bizarre avec qui j'adore jouer !
Il est sympa et s'est installé à la maison, je lui ai demandé son nom : " Mouchette ".
Nous sommes devenus de véritables amis, on joue à cache-cache, je le promène sur mon dos et depuis peu nous dormons ensemble.
Je crois bien qu'on s'aime.... Mouchette m'avait expliqué ce jour là qu'elle avait des frères bien plus gros qu'elle, énormes même...
Je m'endormis dans
mon songe.


Quelle surprise ! Je n'ai jamais vu de tels engins, des mouches géantes, celles dont m'avait parlées Mouchette, la réalité devenait rêve !
« Aéroport de Paris » c'est marqué. Je n'avais vu que la date de départ et les noms des passagers sur les mystérieux coupons !
Que de bazar dans cette grande basse-cour, et des langages et des déguisements que je découvre, quel spectacle !
Nous sommes les 2 premiers de la rangée.
Bubune donne les papiers et son sac qui pèse 9kg 800.
Il me sort enfin de ma maison. J’avais des toilettes mais ainsi je peux me dégourdir mes petites papattes !
Me voici le chat volant, au 1er rang, 1ère classe, près du hublot, je suis gâtée, mais un félin d'un tel statut mérite confort ! Je blague !
Je vois tous les moutons blancs, quel joli paysage, puis des montagnes en-dessous, quel spectacle inimaginable !
Puis tout devient trouble
, je m’endors...

« Les mains en l'air ! » Je sursaute. Quelle drôle d'expression ! Tout est en l'air ici et je n'ai pas envie de faire le beau, la belle plutôt !
Avec ma patte je glisse discrètement le rideau prévu pendant mon sommeil.
Des gens crient de peur, d'autres tremblent et tout à côté de ce monsieur habillé en robe blanche avec un fusil, se tient à genoux, les mains en l'air, un homme cravaté avec une casquette !
Je commence à comprendre, j'avais entendu à la radio que beaucoup d'avions disparaissaient en cette période, que c'était à la mode...
L'heure es
t grave.

Je me gratte la tête et interroge du regard Bubune qui est tout près des 2 protagonistes de cette scène inattendue... Bubune ne panique pas comme beaucoup d'autres passagers de ce vol dont je ne connais pas la destination.
Je me demande qui peut bien être ce drôle de méchant personnage avec sa robe blanche, un chat d'Iran ? un tyran en tout cas, d'ailleurs pas très attirant...
Je vois au regard de Bubune que l'heure n'est plus à la plaisanterie.
Mon " papa " me fait des gestes discrets, le déguisé, lui, ne rigole plus et hausse le ton, il menace le cravaté qui doit être un des conducteurs de la mouche géante, il veut qu'il change de destination et parle d'atteindre des cibles, j'avoue que mes poils s’hérissent quelque peu et ne peux m'empêcher de sourire à la vue lunaire que m'offre mon voisin !
Trêve de plaisanteries... Bubune m'a ouvert la porte, les gens hurlent de plus belle, je sors discrètement de ma maison, je suis à portée du déguisé, je bondis sur son cou telle une tigresse, au même moment Bubune assomme le perturbateur avec ma maison et d'autres passagers se ruent sur ce triste individu, mon instinct de chasseuse de souris cultivé à la ferme m'a
aidée !

La suite du voyage est d'une incroyable douceur, les passagers ne font que nous féliciter, ce qui a le don de m'agacer un peu, je retourne dans ma maison, j'ai du retard de sommeil !

« Attachez vos ceintures ! » J'ouvre un œil, la même fille qui expliquait au décollage comment survivre à un improbable accident raconte cette fois qu'il ne faut plus aller faire pipi, ce que je ne me prive pas de faire...
Boum boum, on est à terre, les gens applaudissent, moi aussi, mais ça ne fait pas de bruit... !

Je suis apparemment la vedette, tout le monde veut me voir, ils sont décidément bizarres ces humains !
Je vois enfin où je suis arrivée, « OSAKA » est inscrit en lettres géantes !
Bubune me souffle que les dizaines de journalistes et photographes sont venus du monde entier pour nous deux, que nous sommes des héros...
J
e les évite.

Mouchette, elle, a parcouru les 13000 kms seule en volant, elle atterrit sur mon dos....


J’ouvre grand mes yeux qui soudainement s’embuent.
Une beauté tient une pancarte : « Yomisha pour Socquette, ta maman qui t'aime
».

Commenter cet article